Optimiser la sécurité des données : le guide utilme

La sécurité des données est devenue centrale pour la pérennité des entreprises. Avec l'accélération de la numérisation, les entreprises accumulent des quantités phénoménales de données. Cette évolution présente des avantages considérables en termes de gestion et d'efficacité, mais aussi un risque croissant face aux menaces cybernétiques.

De plus, depuis l’entrée en vigueur du Règlement général sur la protection des données (RGPD) en 2018, c’est une obligation réglementaire pour toutes organisations d’adopter des mesures de sécurité qui permettent d’assurer la protection des données personnelles.

Sécurité des données personnelles et RGPD

Sécurité et conformité RGPD : même combat

Le RGPD est né de la prise de conscience croissante de la nécessité de protéger les données personnelles. La volonté était de mettre un terme aux pratiques abusives de certaines entreprises dans la gestion des données personnelles sans le consentement explicite de l'individu. Mais avec l'émergence des géants technologiques et l'ampleur de la collecte de données, l'Union européenne est intervenue.

Ainsi, le RGPD a établi des règles strictes pour la protection de la vie privée et la confidentialité des données personnelles. Concrètement, le but de cette règlementation a deux objectifs :

  • Responsabiliser les organismes dans la gestion des informations personnelles qu’ils détiennent sur les personnes
  • Et redonner du pouvoir aux individus sur leurs données personnelles.

Pour ce faire, le RGPD prévoit un certain nombre d’obligations : tenir des registres concernant la gestion des données personnelles dont le principal est le Registre des Traitements des Données Personnelles (article 30 RGPD). L’organisme a également l’obligation de mettre en oeuvre des mesures de protection des données personnelles : supprimer les données personnelles périmées, sensibiliser les collaborateurs, obtenir le consentement des individus etc. Surtout, les organismes doivent mettre en place des mesures de sécurité (article 32 RGPD).

Le sujet de la sécurité des données a deux impacts dans la conformité RGPD au sens large :

  • L’ensemble des mesures de sécurité mises en place doit être déclarées dans le Registre des traitements de données personnelles.
  • Ces mesures de sécurité doivent être suffisantes pour empêcher toute fuite de données personnelles.

L’objectif final est commun : le respect de la vie privée des personnes.

Non respect du RGPD et conséquences

Le non-respect du RGPD peut entraîner des amendes lourdes pour les entreprises allant jusqu'à 20 millions d'euros ou 4% du chiffre d'affaires annuel mondial, voir une procédure pénale en cas de faille de sécurité aggravée. La Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL) est l’autorité de contrôle en la matière et celle qui peut prononcer ce type de sanction. Elle décide de procéder à des contrôles majoritairement à la suite d’une faille de sécurité.

Par exemple, la CNIL a enregistré une augmentation de +75% de notifications de violation de données à caractère personnel entre 2020 et 2021. Et plus d’un tiers des sanctions prononcées par la CNIL en 2022 ont concerné un manquement à la sécurité des données personnelles.

Qu’une fuite de données soit accidentelle ou intentionnelle, elle ne doit jamais être prise à la légère. Une procédure a été mise en place par la CNIL pour signaler toute fuite de données et informer, si nécessaire, les personnes concernées.

Au-delà des implications financières, il y a une question de réputation. Les consommateurs sont de plus en plus soucieux de la manière dont leurs données sont traitées, et une entreprise qui ne respecte pas ces préoccupations risque de perdre la confiance de ses clients.

Quelles menaces pèsent sur la sécurité des données ?

Les données personnelles sont partout. Celles-ci se trouvent dans les bases de données de votre entreprise, dans les fichiers clients, dans les réseaux sociaux et bien plus encore. Parmi elles, certaines sont considérées comme données sensibles comme les opinions politiques, les convictions religieuses, les données génétiques ou de santé.

Les menaces cybernétiques sont plus diversifiées et sophistiquées que jamais. Les attaques comme le phishing ou le ransomware tentent de dérober des données sensibles. Les bases de données sont particulièrement visées, car elles regroupent une quantité impressionnante d'informations précieuses.

Typologie des menaces

Il existe une multitude de menaces qui pèsent sur les entreprises :

  • Phishing : Des tentatives d'obtenir des informations sensibles en se faisant passer pour une entité de confiance.
  • Attaques par force brute : Des tentatives de décoder un mot de passe en essayant une multitude de combinaisons.
  • Ransomware : Un logiciel malveillant qui chiffre les données de l'utilisateur et exige une rançon pour les déchiffrer.
  • Attaques DDoS : Des tentatives d'inonder un serveur avec une multitude de requêtes pour le rendre inopérant.

Mécanismes de défense

  • Pare-feux : Ils agissent comme des gardiens, contrôlant le trafic entrant et sortant d'un réseau.
  • Solutions anti-malware : Ces logiciels détectent, préviennent et neutralisent les logiciels malveillants.
  • Systèmes de détection d'intrusion : Ils surveillent le réseau pour détecter des activités suspectes.

Comment assurer la sécurité des données ?

Pour mieux assurer la sécurité des données personnelles et contrer ces menaces, voici des recommandations détaillées :

1. Sécurisation avancée des mots de passe

La première ligne de défense contre l'accès non autorisé est un mot de passe robuste. L'importance du choix et de la gestion des mots de passe ne peut être négligée. Il est également crucial d'utiliser des solutions de sécurité telles que l'authentification à deux facteurs pour garantir un niveau de protection supplémentaire.

2. Mise en place de contrôles d'accès physique

L'accès non autorisé ne se limite pas au monde numérique. Les locaux de l'entreprise, les salles de serveurs, et les zones de stockage des fichiers doivent être sécurisés. Les solutions passent par la vidéosurveillance, les systèmes d'alarme et les contrôles d'accès biométriques.

3. Formation et sensibilisation des équipes

Les analyses révèlent que les failles de sécurités des données sont en majeures parties causées par une erreur humaine et une insuffisance de formation des collaborateurs aux enjeux du RGPD et de la sécurité des données. Chaque collaborateur est, au cours de ses tâches journalières, en position de manipuler des données personnelles, que ce soit dans la gestion des relations clients, fournisseurs ou des ressources humaines.

Sensibiliser les collaborateurs à la protection des données personnelles est donc essentielle.

4. Gestion précise des habilitations

L'accès aux bases de données et aux fichiers doit être strictement réservé à ceux qui en ont réellement besoin. Une gestion rigoureuse des droits d'accès est essentielle pour protéger les données contre les menaces internes.

5. Mise en œuvre de solutions de sécurité réseau avancées

Les réseaux d'entreprise sont constamment exposés aux menaces. L'utilisation de pare-feux, de solutions de détection et de prévention des intrusions, et le chiffrement des données sont des mesures de sécurité fondamentales pour protéger le réseau.

6. Sauvegarde et redondance

La perte de données peut être dévastatrice. Il est crucial d'avoir des solutions de sauvegarde régulières et de stocker ces sauvegardes dans des emplacements sécurisés, de préférence hors site.

7. Audit et contrôle des sous-traitants

Les partenaires et sous-traitants peuvent également représenter un risque. Il est crucial de s'assurer qu'ils suivent également les bonnes pratiques en matière de protection des données. En effet, une faille de sécurité peut directement venir de votre hébergeur et pas de vos systèmes internes. S’assurer en amont que les systèmes d’exploitation de données sont conformes aux exigences de sécurité et de protection des données est primordiale.

8. Assurances spécialisées

Malgré toutes les mesures de sécurité mises en place, le risque zéro n'existe pas. Il est donc judicieux de souscrire une assurance spécialisée pour couvrir les éventuels dommages liés aux cyberattaques.

9. Mise à jour régulière des systèmes

Les systèmes obsolètes sont vulnérables. Il est donc crucial d'assurer une mise à jour régulière de tous les logiciels, systèmes d'exploitation et applications.

10. Évaluation régulière des risques

Les menaces évoluent. Une évaluation régulière permet d'ajuster la stratégie de sécurité en conséquence.

11. Protocoles d'urgence

Il est essentiel d'avoir un plan d'action pour réagir rapidement en cas de brèche de sécurité. C’est également un document qui peut vous être demandé en cas de contrôle de la CNIL et qui viendra conforter votre conformité RGPD.

12. Veille technologique

Le paysage des cybermenaces est en constante évolution. Une veille technologique permet de rester informé des dernières menaces et des solutions pour les contrer.

13. Sécurisation des endpoints

Chaque dispositif connecté est une porte potentielle pour les cyberattaquants. Ils doivent donc être sécurisés.

14. Politiques de sécurité claires

Il est crucial d'avoir des politiques de sécurité claires et compréhensibles, et de s'assurer qu'elles sont suivies par tous les employés. Cette politique de sécurité peut tout à fait être intégrée directement dans la Politique de confidentialité.

Mesures de sécurités prioritaires

La mise en place de mesures de sécurité robustes nécessite une planification minutieuse. Il est crucial de commencer par évaluer les actifs de l'entreprise, d'identifier les données sensibles, de comprendre les menaces potentielles et d'établir un plan d'action.

L'utilisation de technologies et logiciels à jour, l'adoption de solutions de sécurité avancées et une sensibilisation constante sont la clé pour protéger les données contre les menaces persistantes du monde numérique d'aujourd'hui.

L’importance de la formation et de la sensibilisation des employés

Pourquoi les employés sont-ils la première ligne de défense ?

Dans de nombreuses violations de données, l'erreur humaine est souvent la cause initiale. Cela peut être dû à des actions négligentes comme l'ouverture d'un e-mail de phishing ou à l'utilisation d'un mot de passe faible. De plus, les attaquants ciblent souvent les employés car ils savent qu'il est plus facile de tromper une personne que de passer outre des mesures de sécurité avancées.

Comment renforcer cette première ligne ?

Choisissez le microlearning pour une formation RGPD efficace. Le microlearning, avec ses sessions courtes et régulières souvent sous forme de quiz, vise une assimilation ludique et mémorable des informations. Il favorise la concentration des équipes, la mémorisation grâce à la répétition espacée des notions clés, et l'acquisition de réflexes sur le long terme. Ce format est jugé plus efficace que les formations théoriques longues car il facilite la rétention d'informations.

Cette méthode permet de :

  1. Identifiez les enjeux spécifiques de chaque équipe pour concevoir des modules adaptés à chaque métier : marketing, tech, RH, etc.
  2. Privilégiez des questions pratiques sur des cas concrets plutôt que des explications théoriques, afin d'encourager l'engagement et la réflexion des collaborateurs.
  3. Adoptez un format interactif et divertissant, comme des quiz ou du storytelling, pour faciliter la mémorisation tout en transmettant des messages clés.
  4. Diffusez les modules via les outils digitaux courants comme l'email, Slack ou Teams, pour simplifier l'accès et encourager la participation.
  5. Réitérez l'envoi des modules mensuellement avec des questions variées pour renforcer l'apprentissage sur le long terme.

Gestion des accès et des identités

Principe du moindre privilège

Il s'agit de ne donner aux employés que les accès dont ils ont besoin pour leur travail. Si un employé n'a pas besoin d'accéder à certaines informations sensibles, il ne devrait pas y avoir accès. Cela réduit la surface d'attaque.

Authentification à deux facteurs (2FA)

Le 2FA ajoute une couche supplémentaire de sécurité. Même si un attaquant parvient à obtenir un mot de passe, il lui sera difficile d'accéder au compte sans le deuxième facteur, généralement un code envoyé par SMS ou généré par une application.

Plan de réponse aux incidents

  • Préparation. Chaque entreprise devrait avoir un plan détaillé sur la manière de répondre aux violations de données.
  • Identification.Il s'agit de déterminer rapidement si une violation a eu lieu et, dans l'affirmative, quelle en est l'étendue.
  • Containment. Une fois la violation identifiée, elle doit être contenue. Cela signifie isoler les systèmes affectés pour empêcher la propagation de la menace.
  • Éradication. Une fois le problème identifié, il doit être complètement éliminé du système.
  • Récupération. C'est le processus de restauration et de validation des systèmes pour les remettre en service.
  • Leçons tirées. Après chaque incident, il est essentiel de revoir ce qui s'est passé, pourquoi c'est arrivé, et comment empêcher que cela ne se reproduise.

👉 Besoin d’aide pour identifier les risques liés à votre sécurité ? Pour vous aider au quotidien, Leto propose :

Le logiciel RGPD Leto simplifie le suivi des risques et des incidents de violation des données personnelles.

A propos de l'auteur
Garance Bouvet

Avocate de formation, Garance a plus de 10 années d'expérience en droit public, droit constitutionnel et est experte en protection des données personnelles.

Cela pourrait vous intéresser

S'inscrire à la newsletter RGPD de Leto

Chaque semaine, on parle de votre conformité aux règlements de protection des données personnelles.

Merci ! Nous avons bien reçu votre inscription.
Aïe ! Quelque chose n'a fonctionné. Pourriez-vous recommencer?
Rejoindre